Economie

Jean-Claude Gaudin réfléchit à une taxe sur les jardins potagers

La mairie de Marseille souhaite taxer les propriétaires de jardins potagers pour relancer la production maraîchère bio locale.

Le maire de Marseille souhaite instaurer une taxe sur les jardins potagers des particuliers afin de soutenir la production maraîchère bio locale.

Jean-Claude Gaudin a récemment rencontré Thomas Thérady président de la fédération des Maraîchers de Provence. Celui-ci l’a sensibilisé sur la situation des producteurs et alerté sur la difficulté de produire des légumes bio à Marseille. « Avec la crise, de plus en plus de consommateurs se sont mis à cultiver leur petit jardin » a ainsi exposé Thomas Thérady lors de la réunion. « Au début on trouvait ça sympa, on a même donné quelques conseils à ces néo-jardiniers. Mais aujourd’hui ces auto-producteurs nous font une concurrence déloyale. Ils offrent gracieusement leur surplus et les gens nous achètent de moins en moins de fruits et légumes. »

eggplant-1491949_1920

Faire pousser ses aubergines sera bientôt soumis à taxation.

Soucieux de préserver ce précaire écosystème à Marseille, l’équipe de Jean Claude Gaudin a proposé une taxe sur les jardins potagers des particuliers. « Nous ne savons pas encore sous quelle forme nous allons mettre cela en place, mais l’idée c’est que toutes surfaces cultivables de plus de 25m2  seraient soumises à taxation » explique un membre du cabinet du Maire « On pourrait ainsi dynamiser la production de fruits et légumes bio sur la ville. » Les jardiniers amateurs sont clairement dans le viseur de la Mairie. « On a estimé qu’il était légitime que les jardiniers du dimanche, nuisibles à l’économie maraîchère, financent le bon fonctionnement de celle-ci. Si vous voulez continuer à trouver des légumes bio locaux dans votre assiette il faut arrêter de cultiver son jardin ou alors payer une taxe. » développe un proche collaborateur de Jean-Claude Gaudin.  

« Une bouffée d’oxygène »

La fédération des Maraîchers de Provence s’est montrée satisfaite des premières pistes explorées par la Mairie. « Ce serait une véritable bouffée d’oxygène » s’est d’ailleurs enthousiasmée Aude Herjine, une productrice de tomates et salades installée à la Penne-sur-Huveaune. La jeune femme était sur le point de perdre espoir et fermer boutique. « Cette année fut catastrophique. J’en suis réduite à brader mes produits de qualité aux kébabs et fast-food du coin et le tout pour une bouchée de pain. » explique-telle avant de conclure amère « C’est triste d’en arriver là mais on ne peut plus autoriser la concurrence de ses petites productions parallèles. Il y a eu trop d’abus maintenant il faut que cela cesse. »
Un collectif de citoyens, Les jardins en lutte, s’est immédiatement constitué en réaction à la taxe. Ils ont d’ailleurs lancé une pétition en ligne en paraphrasant la Marseillaise en guise de manifeste : « Aux armes citoyens! Prenez pelles et greffons! Plantons! Plantons! Qu’un arrosoir abreuve nos sillons! »

Commentaires
Des infos garanties sans arêtes!

Bien entendu tous les articles présentés sur ce site sont faux. Même si parfois les faits et propos relatés semblent réels, ils ont été inventés de toutes pièces dans un but satirique et humoristique. Si malgré tout vous persistez à penser que nous sommes un véritable site d'infos découvrez sur notre page à propos pourquoi Microsoft vous a certainement induit en erreur. #cpasnous

Copyright © 2016 - La Sardine du Port est une propriété du Groupe Média des Régions. Les articles sont soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou copie est interdite sans l'autorisation des auteurs.

Surface